Teaser Cryo Treatment
at -110 °C
Choisissez une langue

Cryothérapie du corps entier en chambre froide en cas d'eczéma (dermatite atopique)

Beaucoup de patients ne sont pas satisfaits du traitement de leur maladie. Ce n'est pas un échec du médecin traitant, c'est plutôt que la recherche médicale n'a pas été en mesure de développer des approches thérapeutiques causales. En outre, il n'existe toujours pas de tolérance par le patient par rapport à certains médicaments, alors qu'elle est une condition préalable pour un traitement réussi. À cela vient s'ajouter que - pour quelque raison que ce soit - il s'agit souvent de monothérapies et donc que différents facteurs favorisant la maladie ne sont pas pris en compte. Il convient également de noter que la cryothérapie du corps entier ne possède pas la capacité de remplacer complètement les autres thérapies établies.

En fonction de la sévérité du tableau clinique, le traitement peut nécessiter jusqu'à 30 expositions au froid. 

La probabilité d'une efficacité thérapeutique durable augmente en fonction du nombre de traitements.

Le traitement doit être administré de manière stationnaire - par exemple en cure thermale - dans la mesure du possible (isolation d'un milieu favorisant parfois la pérennité de la maladie par le stress et d'autres facteurs psychiques). Les médicaments topiques devraient être éliminés avant l'application de froid, puis appliqués à nouveau après. En général, un traitement initié précédemment ne doit jamais être interrompu brutalement  avec le début de la cryothérapie.

Les démangeaisons diminuent habituellement dès les premiers jours de traitement, l'inflammation de la peau régresse après environ une semaine de traitement. En plus de l'effet anti-inflammatoire du froid, en ce qui concerne les démangeaisons, son effet analgésique a de l'importance. Les excitations nerveuses résultant de la démangeaison sont probablement acheminées dans la moelle épinière par les mêmes voies que les afférences douloureuses. On peut donc supposer que pour le soulagement des démangeaisons en cas d'exposition à court terme à un froid extrême, un mécanisme similaire entre en jeu, comme décrit pour le soulagement de la douleur à la section 3.2. 

Une thérapie comportementale en complément à la cryothérapie est recommandée (techniques de relaxation, gestion du stress, réduction des anxiétés sociales, prévention du grattage grâce à une meilleure maîtrise de soi). Il faudrait conseiller aux parents de (petits) enfants atopiques de leur faire subir un traitement probiotique pour favoriser la formation d'une flore intestinale normale (régulation des fonctions immunitaires affaiblies) avant le début de la cryothérapie du corps entier.