Teaser Cryo Treatment
at -110 °C
Choisissez une langue

Cryothérapie du corps entier en chambre froide en cas de troubles de l'équilibre et de troubles de la coordination motrice

L'équilibre physique et la coordination motrice sont étroitement liés du point de vue nerveux. L'organe d'équilibrage situé dans l'oreille interne (organe vestibulaire) peut seulement déterminer la position du corps dans l'espace. Afin de percevoir la position de l'ensemble du corps ainsi que de ses différentes parties dans l'espace, de plus amples informations sont nécessaires, qui doivent être reliées dans le système nerveux central à celles provenant de l'appareil vestibulaire pour former un tout. Cette deuxième partie de l'information est transmise par l'organe de la vue et par la sensibilité profonde, la proprioception. Je voudrais traiter ici brièvement la sensibilité profonde et l'influence que peut avoir sur elle la stimulation par le froid. 

Les capteurs qui répondent à des stimuli appropriés venus des « profondeurs » du corps sont situés au niveau des muscles et des tendons, dans les structures articulaires et aussi dans la peau. La sensibilité profonde nous donne des informations neurales sur la position et le mouvement du corps et des membres, de même que la quantité de force que les muscles doivent mettre en œuvre pour assumer ou maintenir une certaine position du corps ou d'un membre. Un flux d'information normal (lire: non perturbé) de toutes les régions de la sensibilité profonde est une condition préalable à la finesse du réglage de l'innervation des groupes de muscles impliqués dans la coordination motrice. 

Les perturbations de la sensibilité profonde (changements pathologiques dans leurs schémas d'afférence) peuvent revêtir de nombreuses formes :

  • limitations de la mobilité des articulations causées par l'inflammation, les douleurs et les changements dégénératifs,
  • blessures aux articulations,
  • un déséquilibre dans la charge des structures articulaires ou même de l'ensemble du squelette,
  • un déséquilibre dans la charge des muscles et des groupes musculaires, des faiblesses et crampes musculaires, des raccourcissement et des déséquilibres musculaires,
  • des perturbations de l'innervation des muscles avec modification de leur état de tension,
  • l'immobilisation de parties du corps voire du corps entier.

Rappelons-nous de ce qui a été décrit dans la section 3.1 (processus neuroréflexes) décrits et examinons une fois de plus la figure 3.3. Les rapports spécifiés dans ces contextes - interconnexion d'afférences de froid avec d'autres fonctions des circuits neuronaux - sont les principales conditions pour que les effets du froid sur les troubles de la sensibilité profonde suivis de réduction de la capacité de coordination puissent trouver un usage thérapeutique. Cette influence primaire est efficace sur l'inhibition dite afférente, qui se réfère à l'influence mutuelle des différents systèmes afférents. En outre, le froid intervient de manière secondaire, d'une manière quelque peu régulatrice, dans les systèmes perturbés. Cela se manifeste par l'inhibition de l'inflammation, l'élimination de la douleur, la réduction de l'œdème et la régulation de l'innervation musculaire. Ces deux modes d'intervention contribuent à ce que dommages chroniques et effets secondaires puissent être évités. Mais encore une fois : la cryothérapie du corps entier ne résout pas le problème des troubles de l'équilibre et de la coordination, mais elle améliore les conditions des programmes d'entraînement actif.