Teaser Cryo Treatment
at -110 °C
Choisissez une langue

Autres indications pour la cryothérapie du corps entier en chambre froide à -110 °C

Il faudra se pencher plus en détail sur d'autres troubles de la santé ou maladies qui n'étaient pas inclus dans la liste des indications pour la cryothérapie du corps entier, parce que les expériences actuelles ne sont pas encore suffisantes. 

La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse

L'effet positif des applications de froid sur la peau dans les maladies inflammatoires et douloureuses de l'intestin (probablement à travers les réflexes dits cutiviscéraux) est bien connu et bien décrit (69).

La maladie de Crohn affecte principalement la partie inférieure de l'intestin grêle et le côlon, la colite ulcéreuse par contre uniquement le côlon. L'origine réelle de ces deux maladies est inconnue. Des défauts génétiques sont à envisager, en tout cas des recherches récentes le suggèrent. Mais en dehors de composantes psychosomatiques, des médiateurs inflammatoires en particulier jouent un rôle étiologique, en étant libérés par le système immunitaire de la muqueuse intestinale et en entretenant le processus inflammatoire chronique. La maladie de Crohn peut également se manifester à l'extérieur de l'intestin. C'est ainsi qu'apparaît entre autres une inflammation des articulations, qui peut être déjà être en soi une indication pour la cryothérapie du corps entier. En général, les applications de froid sur l'ensemble du corps peuvent être considérées comme traitement complémentaire en raison de leur action systémique anti-inflammatoire et analgésique. Les observations individuelles parlent d'amélioration de l'humeur après l'application de la cryothérapie du corps entier.

Syndrome des jambes sans repos (SJSR) et mouvements périodiques des jambes pendant le sommeil

La cause du SJSR (sensations anormales dans les jambes avant d'aller dormir, agitation motrice) et des mouvements périodiques des jambes (secousses : flexion de la cheville et du genou ; étirement des orteils : contractions toniques pendant l'endormissement) doit probablement être recherchée dans le système nerveux central. Les patients concernés savent certainement par expérience que les thérapies physiques - applications de chaleur, mais aussi de froid - peuvent soulager les symptômes des formes modérées de ces deux troubles, et compléter le traitement des formes graves. La cryothérapie du corps entier doit aussi être comprise en ce sens.

Le SJSR apparaît fréquemment chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (20). Le traitement par le froid de cette condition entraîne alors généralement aussi le soulagement des symptômes du SJSR.

Acouphènes

Les observations individuelles suggéraient jusqu'ici que la cryothérapie du corps entier pouvait avoir des effets tout à fait positifs sur les symptômes des acouphènes. Ces observations sont confirmées par les résultats d'études présentés ci-dessous un peu plus en détail.

Au cours d'une étude clinique portant sur un groupe de 80 patients souffrant d'acouphènes (39 de manière bilatérale, 20 du côté droit, 15 du côté gauche, 6 souffrant « d’acouphène dans la tête ») avec une durée de symptômes variant d'un mois à 23 ans (cryothérapie du corps entier à -110 °C en deux séries avec un total de 10 expositions d'une durée de trois minutes chacune), les résultats suivants ont été obtenus (d'après informations du patient et contrôle audiométrique) : l'enquête a montré que chez quatre patients, les acouphènes étaient complètement éliminés, leur intensité était réduite chez 47 autres, 16 ont pu constater une légère amélioration de leur état et chez 13 patients, les résultats sont restés inchangés. Les tests audiométriques ont révélé un changement de fréquence de l'acouphène dans 138 oreilles et un changement de son intensité dans 91 oreilles. Une réduction de la perte d'audition a pu être détectée (28).

 

Les listes d'indications de certains centres de cryothérapie énumèrent encore plus de maladies que le froid pourrait traiter, qui ne peuvent pas être commentées ici par l'auteur en raison de son manque d'expérience personnelle. Celles-ci comprennent - en plus de celles déjà mentionnées ci-dessus - par exemple, l'arthrite goutteuse et la paralysie des nerfs périphériques.