Teaser Cryo Treatment
at -110 °C
Choisissez une langue

Cryothérapie du corps entier en chambre froide en cas de polyarthrite rhumatoïde

Dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, la cryothérapie du corps entier est maintenant bien établie. Les résultats du traitement sont mis en évidence dans toute une série d'essais cliniques (8, 9, 21, 34, 38, 46, 75).

Comme mentionné précédemment, les processus pathologiques en jeu dans cette maladie auto-immune se situent principalement dans les articulations (inflammation de la membrane intérieure de la capsule articulaire, destruction des structures cartilagineuses et osseuses). Bien que de nouveaux principes actifs (TNF-α blocus) aient tout récemment été ajoutés à la thérapie, son traitement nécessite encore toujours une procédure complexe. Cela découle aussi de la compréhension de la polyarthrite rhumatoïde comme une maladie systémique débilitante pour l'organisme tout entier. Les traitements médicamenteux, éventuellement chirurgicaux, la kinésithérapie, la thérapie physique (applications de chaleur ou de froid) ainsi que la prise en charge psychologique doivent être combinés aux stratégies d'adaptation personnelle du patient concerné et coordonnés entre eux. À cette fin, il existe toute une littérature spécialisée très complète et d'excellente qualité publiée par les organisations d'entraide compétentes. 

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie chronique progressive dont la guérison n'est pas possible malgré tous les progrès dans le domaine thérapeutique. Par conséquent, l'objectif du traitement est de diminuer l'intensité de la maladie afin de retarder ou même d’arrêter sa progression.

La cryothérapie du corps entier doit être comprise dans ce contexte comme une thérapie physique complémentaire dont l'utilisation systématique peut contribuer à atteindre l'objectif du traitement. Il ne s'agit pas à la base d'un remplacement pour d'autres traitements éprouvés, même si, comme en témoignent l'expérience et les études, son application permet souvent une réduction de la consommation de médicaments. 

La cryothérapie du corps entier doit être appliquée en milieu hospitalier, deux fois, en cas de processus pathologiques très actifs et trois fois par jour sur une période optimale de deux à trois semaines, et l'évolution du traitement doit être évaluée à des intervalles de deux à trois jours par un médecin. Mais une étude menée par le Dr Bianka Benkenstein a montré qu'une moyenne de 10 à 15 expositions au froid permet déjà un soulagement des troubles typiques en termes de réduction de la douleur et des limitations de la mobilité, même en cas d'activité inflammatoire élevée. Les crises se raccourcissent et l'activité inflammatoire régresse (8).

Il ne faut en aucun cas renoncer aux séances de kinésithérapie pendant le traitement par le froid. L'exercice améliore la distribution du liquide synovial et donc l'apport de nutriments au cartilage articulaire. D'autre part, l'atrophie musculaire due à l'inactivité est ainsi combattue, ce qui évite les dommages secondaires - par exemple au squelette.

Sur base d'études de cas cliniques aigus, en réadaptation et en cure thermale, on peut dire que la cryothérapie du corps entier permet

  • une amélioration de l'état général,
  • une réduction voire une suppression de la douleur ainsi qu'un recul d'autres symptômes d'inflammation, tels que le gonflement et l'échauffement,
  • une amélioration de la mobilité globale et la fonction articulaire chez près de 60 % des patients et
  • une réduction des médicaments (glucocorticoïdes et agents anti-rhumatismaux non stéroïdiens) chez 35 à 40 % des patients. Les effets sont encore détectables trois à six mois après la fin du traitement.

Le soulagement de la douleur devient plus durable avec l'augmentation de la durée du traitement en série (8). L'amélioration de la mobilité articulaire se maintient à long terme (34).