Teaser Cryo Treatment
at -110 °C
Choisissez une langue

Cryothérapie du corps entier en chambre froide en cas de psoriasis

Dans le cas du psoriasis, l'auto-agressivité du système immunitaire conduit à une inflammation chronique de la peau. Visiblement stimulées par l'irritation, les kératinocytes accélèrent leur division. Le résultat est un renouvellement de la peau dans un délai moyen de cinq à six jours contre un mois sur une peau saine. Le processus normal d'usure de la peau est perturbé et une formation pathologique de pellicules apparaît. Les zones malades  de la peau, bien délimitées, démangent souvent beaucoup. 

Il est également possible en cas de psoriasis de trouver sur certains gènes du patient des défauts qui peuvent probablement être rendus responsables de son apparition. 

On distingue le psoriasis ordinaire (psoriasis vulgaris), sa variante avec formation de cloques (psoriasis pustuleux) et le psoriasis arthritique, dans lequel, comme son nom l'indique, on constate simultanément l'inflammation des articulations. La formation des variantes individuelles de psoriasis peut changer au cours de la vie, et plusieurs variantes peuvent apparaître simultanément. Le type précoce de la maladie (à partir de la deuxième décennie de la vie) semblent être plus de nature génétique que son type tardif (cinquième / sixième décennie de la vie). L'activité de la maladie peut varier assez fortement, l'évolution la plus commune se faisant par crises.

Étant donné qu'il n'est pas encore possible de guérir le psoriasis, l'accent principal est mis sur la thérapie symptomatique. En plus d'un traitement local - souvent avec des pommades - on a recours à des médicaments ayant des effets systémiques, en plus des interventions avec le système immunitaire en appliquant la photothérapie et la thérapie au laser ainsi que des soins thermaux spéciaux.

Ce n'est que ces dernières années que la cryothérapie du corps entier s'est ajoutée à l'arsenal thérapeutique contre le psoriasis. Elle est aujourd'hui pratiquée par de nombreux centres de thérapie à froid et est également recommandée par les organisations d'entraide. On dispose depuis lors d'expériences antérieures très positives. Un cycle de traitement doit compter environ deux semaines et comporter de 25 à 30 expositions au froid. Le traitement stationnaire associé à un changement de milieu est préférable à un traitement ambulatoire. Les traitements locaux tels que les pommades doivent être soigneusement éliminés avant d'entrer dans la chambre froide. En ce qui concerne l'effet du froid sur les formes individuelles de psoriasis, les résultats accumulés jusqu'ici sont très divers. Le psoriasis ordinaire semble être celui qui réagit le mieux à la stimulation du froid. Après quelques jours de traitement, la démangeaison diminue et la formation de pellicules est moins intense. Il est possible d'obtenir de bons résultats thérapeutiques avec une régression des foyers de la maladie avec un rougissement de la peau sans démangeaisons. Bien qu'elles réagissent moins fort à la cryothérapie, des effets thérapeutiques peuvent également être obtenus avec les deux autres formes de psoriasis, y compris une réduction des symptômes de l'inflammation dans les articulations affectées. 

On peut supposer que l'effet thérapeutique dure plusieurs mois. Par ailleurs, il est judicieux d'utiliser le froid non seulement lors d'un épisode aigu naissant ou en cours, mais aussi à titre prophylactique dans l'intervalle entre les poussées.

Pour stabiliser le succès du traitement, il faut tenir compte - comme pour les autres traitements mentionnés - des facteurs favorisant la maladie tels que la consommation de stimulants et l'obésité. La prise en considération de la composante psychologique du psoriasis est d'une importance décisive pour le succès de la thérapie. Ce n'est plus guère contesté, d'autant moins que les concepts monothérapeutiques n'ont pas donné les résultats souhaités. Les difficultés dans la gestion du stress peuvent aggraver les symptômes, voire jouer un rôle dans leur apparition, même avec retard.

L'intégrité de la peau est particulièrement importante dans le comportement social. Elle marque de son empreinte l'image personnelle. Les conditions pathologiques visibles de la peau affectent la confiance en soi et peuvent avoir un impact négatif sur l'intégration sociale. Il n'est pas rare de voir se développer en conséquence d'autres troubles cliniques de la santé. En prévision de la cryothérapie du corps entier (voire en parallèle), les problèmes de comportement individuel doivent donc être analysés avec l'aide du médecin traitant, si nécessaire avec l'aide d'un psychothérapeute. Les efforts visant à réguler les niveaux d'activité du système nerveux central et à corriger un sommeil perturbé peuvent être, comme nous l'avons vu (section 3.9 et 4.7), soutenus efficacement par l'application du froid. Des techniques de relaxation doivent être pratiquées de façon permanente.