Teaser Cryo Treatment
at -110 °C
Choisissez une langue

Cryothérapie du corps entier en chambre froide en cas de sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire chronique auto-immune du système nerveux central (12), caractérisée par une variété de symptômes qui changent souvent d'apparition et d'intensité. En plus des maladies auto-immunes, des changements dégénératifs se produisent dans le système nerveux, dont le stress oxydatif, étant considéré comme facteur déclenchant. Les radicaux d'oxygène influencent la démyélinisation (destruction de la gaine des fibres nerveuses). Dans ce contexte, il est important que le taux d'antioxydants soit augmenté par la cryothérapie du corps entier (47). La maladie peut évoluer par à-coups, également avec diminution des symptômes, ou avoir une progression chronique. La sclérose en plaques ne peut pas être traitée de façon radicale, mais uniquement symptomatique. 

Beaucoup de patients signalent de manière répétitive que le froid est perçu comme bénéfique. L'état général s'améliorerait. Sur cette base, et en tenant compte de l'effet positif de l'application de froid extrême sur les muscles atteints de spasmes, certains centres de cryothérapie ont commencé il y a déjà quelques années à traiter la sclérose en plaques par la cryothérapie du corps entier. Des observations cliniques sont maintenant disponibles, qui soulignent l'action positive du froid. Les résultats sont les suivants :

  • L'état après l'exposition du corps entier au froid est décrit comme étant  agréable.
  • Le tableau clinique global est atténué.
  • On se sent plus énergique, moins vite fatigué et mentalement plus actif.
  •  La spasticité est réduite, les exercices de gymnastique peuvent être effectués avec plus de précision.
  • La fonction motrice, la démarche et la mobilité sont améliorées. Les problèmes d'équilibre sont réduits.
  • La douleur est considérablement soulagée voire supprimée (55).

Cela porte essentiellement sur les douleurs secondaires principalement causées par des troubles de la posture de la colonne vertébrale, des contractures musculaires et une charge déséquilibrée des articulations.

  • Les patients décrivent l'état atteint après le traitement par le froid comme une augmentation significative de la qualité de vie.

Il est probable que ces résultats de traitement soient dus à l'effet multiple déjà décrit de la cryothérapie du corps entier (influence des niveaux d'activité du système nerveux central, régulation de l'activité musculaire, inhibition de l'inflammation, soulagement de la douleur).

L'expérience a montré que la cryothérapie du corps entier devrait être appliquée deux fois par an pendant deux à trois semaines à raison de deux expositions quotidiennes, principalement combinée avec des exercices de gymnastique ciblés par rapport à l'intensité des symptômes individuels. La recommandation de la séquence de traitement est basée sur la reconnaissance du fait que l'amélioration de l'état du patient est à peu près linéaire par rapport à la durée du traitement, à savoir, deux à trois semaines. Même si des applications de froid plus courtes peuvent déjà afficher de bons résultats, il faut savoir qu'ils ne représentent pas le maximum réalisable. Les autres traitements déjà commencés auparavant doivent être poursuivis. D'éventuelles modifications ne devraient être décidées le cas échéant qu'après consultation du médecin traitant. 

Il est particulièrement important de déterminer la dose de cryothérapie nécessaire et tolérée pour chaque patient, en fonction de sa capacité de répondre de façon adéquate à des stimuli extrêmes. Cela exige l’ouverture d'esprit et la coopération de la part du patient. En cas d'amélioration de l'état du patient, il faut veiller à ce que la charge physique ne dépasse pas les limites du bien-être. La réduction des symptômes parfois étonnante sous traitement peut malheureusement y conduire ! 

Dans la station thermale de Bad Bleiberg en Carinthie, j'ai eu  en avril 2005, plus ou moins par hasard, la chance de faire la connaissance de membres de groupes d'entraide de patients atteints de sclérose en plaques originaires de Abensberg et Nuremberg, qui y séjournaient en vue de subir une cryothérapie. Au cours de conversations à la fois très agréables et stimulantes, j'ai reçu d'eux de précieuses informations concernant les effets de la cryothérapie du corps entier sur leurs manifestations pathologiques. Je tiens à leur exprimer pour cela toute ma reconnaissance.